Ecommerçant : le plus dur métier du monde ?

7'

[pullquote align=right]Un site e-commerce à son lancement est comme une boutique ouverte dans une ruelle déserte.[/pullquote]

Le métier d’e-commerçant attire aussi bien qu’il inquiète. Si l’e-commerce est surtout et avant tout du commerce, ce “e-” implique bien plus que le simple fait de s’affranchir du paiement d’un loyer coûteux. Si en effet les e-commerçants font l’économie du local commercial en centre-ville, il devront acquérir le trafic que celui-ci aurait procuré gratuitement par d’autres moyens. En plus de travailler à toute heure du jour, –weekends inclus– (le web ne ferme jamais) ils devront donc apprendre les métiers du référencement, de l’ergonomie, de la logistique, de la gestion, etc. Un site e-commerce à son lancement est comme une boutique ouverte dans une ruelle déserte.

Business superheroes facing storm.

Et si quelques success stories laissent toujours à penser qu’on peut lancer un e-commerce avec moins de 1000€ et un peu d’huile de coude depuis son garage, en pratique les e-commerçants sont des guerriers, des équilibristes, des explorateurs, des apprentis permanents. En dépis de son apparente facilité, le e-commerce est devenu une activité complexe et coûteuse. C’est la raison pour laquelle l’an dernier, certains estimaient qu’il faut 40.000€ pour lancer se lancer dans l’e-commerce.

Les actuels e-commerçants peuvent lister de tête le nombre d’évolutions technologiques successives qu’ils ont connues dans le référencement, l’acquisition, les réseaux sociaux ou le webdesign. Ils ont dû s’adapter bon gré mal gré et ont remis en cause leurs certitudes pour (re)trouver des sources de croissance.

[pullquote align=left]Etre e-commerçant est un métier (...) qui demande pugnacité, discernement et polyvalence.[/pullquote]

Avec Guillaume Lainé, Responsable Marketing chez Web&Solutions (éditeur de la solution e-commerce Oasis 7) nous avons souhaité remettre en perspective le métier d’e-commerçant. Ne vous méprenez pas : être e-commerçant est un métier exceptionnellement enrichissant mais c’est un rôle qui vous demandera pugnacité, discernement et polyvalence.

L’ecommerçant est un acheteur :

Le poste d’acheteur est le premier occupé par n’importe quel e-commerçant, c’est une règle général du commerce : bien vendre, c’est d’abord bien acheter. Il est évident que l’offre (et donc le catalogue) est un élément a soigner tout particulièrement, d’autant plus au moment où on lance son e-commerce. Au delà de la simple sélection, les produits doivent pouvoir être vendus et donc être détaillés, correctement et largement décrits, illustrés par les plus belles photos possibles et si votre solution vous le permet, pensez à correctement le qualifier afin que les filtres et les différentes catégories aident les internautes dans leur navigation. Sans oublier de faire tout ça en gardant les impératifs de [glossary id=’12811′ slug=’referencement-naturel’ /] à l’esprit…

L’e-commerçant est un stratège : 

L’acquisition de trafic est l’un des gros postes de dépenses des e-commerçants (particulièrement pour ceux qui se lancent) au même titre que le marketing et les achats. Bien vendre c’est d’abord bien acheter, l’utilisation d’un système d’aide au réapprovisionnement (comme dans la solution Oasis 7) peut se révéler utile pour gagner du temps et donc de l’argent. Pour le trafic la question est simple : comment recruter ? Le référencement payant permet de rapidement « exister » mais représente un coût conséquent. La solution peut être alors de multiplier ses canaux de ventes pour toucher un plus vaste public, dans ce cas les places de marché et les comparateurs peuvent s’avérer de précieux alliés.

logistique-ecommerce

L’e-commerçant est un logisticien ?

Ce poste est primordial ! Le e-commerce a depuis longtemps fait sa place dans les habitudes des internautes et ils attendent désormais un service irréprochable. Sans compter les nouvelles directives de la loi Hamon qui ne font que renforcer ce point. C’est d’ailleurs pourquoi cette gestion fait intégralement parti de notre solution. Une bonne logistique est un gain de temps précieux lors de la préparation des commandes, elle renforce votre efficacité et vous permet de faire face en cas d’augmentation soudaine des ventes. En revanche, tout cela n’est rien sans une gestion optimale de vos stocks. Pouvoir gérer le « disponible » et le « réservé », avoir une politique d’affichage et de vente par produit selon les stocks, etc. Ce sont autant de manières d’assurer votre fiabilité pour rater le moins de ventes possible.

L’e-commerçant est un gestionnaire :

[pullquote align=right]Le e-commerçant d’aujourd’hui est un professionnel averti qui gère une activité complexe[/pullquote]

Chaque e-commerçant doit disposer d’une analyse statistique claire de son activité. Plus vos outils e-commerce vous proposeront d’indices (période d’achat, recherche, indicateurs globaux, trackers, etc.) plus vous parviendrez à être efficace et pertinent dans vos prises de décisions. Les outils incontournables sont évidemment Google Analytics et Webmaster Tools, etc. pour compléter cette analyse, assistés par des outils de positionnement et/ou de veille des prix des concurrents.

On a déjà cité les achats mais au final, c’est la gestion commerciale au complet qui doit être considérée : un cybermarchand ne peut plus se contenter de simplement éditer des factures. De nos jours, un site e-commerce doit comporter une part d’intelligence : les différentes pièces justificatives doivent communiquer, pouvoir être mise en relation avec vos stocks afin d’anticiper vos mouvements de marchandises et éventuellement le réassort. Le e-commerçant d’aujourd’hui est un professionnel averti qui gère une activité complexe, en fait c’est tout simplement un commerçant avec tout ce que ça implique de gestion et de veille.

L’e-commerçant est un communiquant :

Hé oui, le plus difficile n’est pas d’arriver en haut, mais d’y rester. La vente ne s’arrête pas à l’expédition, la relation client en ligne devient primordiale. Il faut pouvoir gérer les mécontentements, les retours articles, le remboursement et toutes les demandes de clients qui ne manqueront pas d’arriver (à tort ou à raison) sans doute renforcées par les nouvelles dispositions tels que le formulaire de rétractation. Et si tout se passe bien, profitez-en pour vous renforcer, pour fidéliser et recruter. Quelques exemples :

  • Capitalisez sur vos clients grâce aux solutions de feedback qui rassurons les nouveaux acheteurs
  • Ne laissez pas vos internautes sans nouvelles, mais communiquez selon leur comportement grâce à une segmentation RFM par exemple
  • Proposez de nouveaux services de fidélité ou de parrainage qui les feront revenir
  • Si ce n’est pas fait, multipliez vos canaux de ventes (marketplace, comparateur, VDI…)

En conclusion, si vous êtes e-commerçant, vous faites le plus beau et l’un des plus dur métier du monde. Félicitations à vous! Lengow et Web&Solutions seront là pour vous accompagner dans vos missions au quotidien, n’hésitez pas à contacter votre chargé de compte pour savoir comment nous pouvons vous aider.

Geoffray SYLVAIN