Jeremy Benmoussa : Consultant e-commerce

5'

Bonjour Jeremy, pourrais tu te présenter et nous expliquer ton parcours ?

Bonjour Mickael, j’ai 31 ans. Je suis un entrepreneur, un blogueur, un geek, un passionné … un peu plein de choses en fait.
Un parcours plutôt atypique.
J’ai commencé en freelance à 18 ans, j’ai monté ma première société à 21 ans … depuis j’alterne entre le conseil et entrepreneuriat.
Depuis 3 ans, je suis « business developper » pour des entreprises e-Commerce en France et de plus en plus aux États-Unis.

Quelle activité exerces tu maintenant ?

J’aide les e-Marchands (et ceux qui souhaitent le devenir) à vendre plus et mieux en intervenant dans la stratégie et l’ensemble des secteurs qui touchent leur site et leur entreprise : ergonomie, référencement, logistique, services, partenaires, … tout ce qui fait le succès d’un site e-Commerce, que ce soit celui d’une PME ou des gros acteurs.
Je les accompagne également dans leurs actions e-Marketing, leur stratégie d’acquisition de clients, eMailing et bien sûr, les réseaux sociaux.
Depuis un peu plus de 6 mois, je tiens un blog sur le e-Commerce, les réseaux sociaux et les mobiles : www.benmoussa.net

Que proposes tu comme services aux e-commerçants ?

Je m’adapte à mes clients.
Que ce soit simplement de l’audit, du conseil ou un accompagnement permanent, les contraintes ne sont pas les mêmes quand je travaille pour une PME ou pour les leaders du marché.
L’essentiel n’est pas tellement dans ce que je propose mais dans les objectifs fixés avec mon client. J’ai appris ça en travaillant avec des entreprises américaines et je suis ravi de voir que c’est de mieux en mieux accepté en France.
Ce que je propose c’est d’apporter des solutions aux e-Marchands pour augmenter leurs ventes.
Généralement, j’apporte une attention particulière à 4 enjeux spécifiques au e-Commerce :
  • acquérir du trafic
  • transformer les visiteurs en acheteur
  • augmenter le panier moyen
  • fidéliser les acheteurs
Il y a tellement de choses à faire dans ces domaines qu’il est rare (pour ne pas dire impossible) que je n’ai rien à apporter à une entreprise qui vend ses produits sur Internet.

Quels conseils donnerais tu à un e-commerçant souhaitant diffuser ses produits sur les comparateurs de prix ?

Faire appel à Lengow ! 🙂
Bon ok, pas seulement.
Le plus important pour les nouveaux e-Commercants est de comprendre deux choses :
  • le e-Commerce n’est pas un eldorado
  • une fois lancé, il y a encore du travail
En clair, ça signifie qu’il ne faut pas s’attendre à déclencher des ventes faramineuses le lendemain de cette collaboration et qu’il est nécessaire de peaufiner sa présence sur ces comparateurs en optimisant les campagnes.
Tous les produits ne doivent pas forcément y être et il y a des disparités importantes entre les différents comparateurs (idem pour les marketplaces). Ca demande donc une attention suivie pour bien faire les choses.

Tu sembles être assez proche de la scène startup française, que penses tu des nouvelles pousses qui explosent en ce moment ?

J’en pense autant de bien que de mal. Bon ok, j’explique.
Commençons par les mauvais cotés, je déplore plusieurs choses :
  • les jeunes entrepreneurs cherchent des investisseurs sans même savoir ce qu’ils vont faire de leur entreprise
  • les investisseurs en France (à 2 ou 3 exceptions près) investissent dans des entreprises dont le plan de rentabilité est déjà défini avant même le lancement alors que pour une jeune entreprise, spécialement dans le web et les réseaux sociaux, établir sa notoriété est parfois plus importante.
    Si Twitter, Facebook et dernièrement Foursquare avaient dues être rentables dès leur lancement, on en aurait jamais entendu parler. La force des investisseurs étrangers est d’investir en premier lieu dans des projets auxquels ils voient un avenir avant de s’assurer que le business model est déjà bouclé. D’ailleurs, un grand nombre d’entreprises garantissent leur pérennité en modifiant leur business model en cours de route. je pense profondément que c’est cette capacité à réagir qui est essentielle de nos jours dans ces jeunes entreprises
  • aux USA, on peut recruter et licencier très rapidement. Je sais que culturellement c’est très mal accepté en Europe, mais c’est un très gros avantage pour une entreprise de pouvoir adapter la taille du marché à ses capacités du moment. Au final, contrairement aux peurs des français, ça permet surtout aux entreprises de se développer plus rapidement puisqu’en cas de coup dur, les risques seront plus limités.
A mon sens, ce sont les raisons majeures qui font que trop peu d’entreprises françaises deviennent des acteurs internationaux. Pourtant, beaucoup de français ont du succès en montant leurs entreprises aux USA. Le problème vient donc de la France, pas des Français.
Pour conclure tout de même sur une note positive, je suis très heureux de voir qu’en France, de jeunes entrepreneurs ont des idées innovantes et pertinentes sur un marché en permanente restructuration.
Malgré toutes les difficultés et l’absence d’aide de la part des gouvernements successifs, le nombre d’entrepreneurs augmente tous les ans. C’est tout de même très encourageant.
author_avatar

Mickael Froger

CEO @ lengow