[e-paiement] 3 conseils pour réussir son internationalisation

2'

Les e-commerçants se tournent de plus en plus vers l’international. Nous le constatons chaque fois que nous les réunissons lors d’un atelier ou d’un évènement comme le Lengow Ecommerce Day, qui s’est tenu récemment à Paris. La Fevad juge également dans une de ses enquêtes que 56% des e-commerçants français sont déjà présents à l’international et 14% en font le projet. L’internationalisation est donc un sujet de préoccupation majeur pour les e-commerçants. Et les moyens de paiement en ligne sont souvent un élément de friction important pour eux. Pour éviter ces problèmes, il est toujours possible de choisir de s’internationaliser via les marketplaces, mais au delà, nous avons réunis 3 conseils qui permettent d’éviter les pièges de l’international en matière de paiement en ligne.

1°) Recourrez à un opérateur de paiement international

Le développement d’un site e-commerce à l’international peut être synonyme de complexité administrative liée à la multiplication des intermédiaires. En effet, dès lors que vous souhaitez encaisser des paiements hors de France pour le compte de votre boutique en ligne, vous devez vous conformer à la réglementation locale en matière de paiement en ligne, de sécurisation des transactions en ligne et adapter les moyens de paiement proposés aux préférences des clients locaux.

CB-carte-bleue

Pour s’affranchir de ces contraintes réglementaires et techniques, le recours à un prestataires étant à la fois enregistré comme établissement de paiement et fournisseur de services de paiement (ou PSP, en anglais) est recommandé. Celui-ci assure la gestion des différentes devises ainsi que les contrats de vente à distance à l’international.

2°) Adaptez les moyens de paiement à votre cible :

payment-options

Selon les régions d’Europe, les moyens de paiement préférés peuvent varier significativement. En France, la carte bleue et Paypal suffisent le plus souvent à répondre aux souhaits des internautes. A l’inverse, les acheteurs allemands privilégient le plus souvent le règlement de leurs achats en ligne par virement bancaire ou paiement sur facture.

Autre exemple, l’expérience de nos marchands qui vendent aux Pays-Bas (et cela a été confirmé lors de la conférence dédiée au commerce cross-border lors du Lengow Ecommerce Day) montre qu’il est impératif de proposer le moyen de paiement iDeal, très répandu dans ce pays.

Les spécialistes du paiement en ligne recommandent d’adapter l’offre de paiement en fonction de chaque marché pour proposer 3 à 6 modes de paiement prenant en compte ces particularités locales.

3°) Maitrisez la fraude tout en privilégiant la conversion :

Lors de sa conférence à l’occasion du Lengow Ecommerce Day, Renan Aulanier de Be2Bill a fait un parallèle intéressant entre la recherche de sécurité absolue en matière de paiement en ligne et l’impact sur le taux de conversion des e-commerçants. Il a évoqué certains pré-requis importants, comme disposer d’une page de paiement multilingue avec un sélecteur de devises de paiement, et des moyens de paiement multiples.

3d-secure_lcl

Au delà, ce spécialiste de la question recommande de trouver le montant de transaction offrant le meilleur rapport entre risque de fraude et conversion e-commerce. En effet, en dessous d’un certain montant d’achat, les dispositifs de double authentification comme le 3D Secure peuvent aboutir à la perte de certaines ventes notamment pour les paniers d’achats les plus faibles. Il peut donc parfois s’avérer préférable d’accepter un risque léger afin de privilégier la fluidité du processus de paiement et réduire le taux d’abandon de la transaction à cette étape.

source : JdN

Geoffray SYLVAIN