m-commerce : 5 conseils pour améliorer vos ventes sur mobile en toute sécurité

5'

En 2013, les terminaux mobiles sont devenus incontournables : certains rapports estiment même qu’il y aura plus de terminaux mobiles que d’êtres humains sur Terre d’ici 2017 (source). Nous en parlions dans un précédent article : le m-commerce représente parfois déjà 20% du CA de certains marchands européens. On évolue même petit à petit vers un mix du canal mobile et des autres pour aboutir à ce qui fût un sujet majeur du dernier salon Ecommerce : l’omni-canal. Mais le m-commerce ajoute indubitablement une couche de complexité à votre infrastructure, notamment en terme de tracking et de paiement mobile.

Aussi, voici 5 conseils e-commerce et idées pour améliorer la performance de votre boutique en ligne vis-à-vis des clients mobiles tout en se prémunissant des fraudes potentielles.

Comportements-achat-3-300x199

 1°) Comprendre les nouveaux comportements d’achat

Historiquement, on enregistrait davantage de commandes durant les horaires de bureaux. Désormais, la généralisation des smartphones dans les transports et des tablettes devant la télévision (appelée le 3ème écran) métamorphose les comportements d’achat et étend l’amplitude des achats aux cours de la journée, ils se concentrent surtout entre 20h et 21h, notamment via les mobiles.

L’usage de terminaux multiples est ainsi devenu courant et il est petit à petit nécessaire d’abandonner le raisonnement qui consiste à penser que plus l’utilisateur change de support, plus la transaction était risquée. Il s’agit peut-être (sans doute) juste d’un internaute hyper-connecté. Une étude au Royaume-Uni a d’ailleurs montré que les particuliers britanniques ont en moyenne 6 appareils dotés d’une connexion à internet à la maison. Ces nouvelles tendances de consommation doivent être intégrées dans votre politique d’acceptation et de lutte contre la fraude.

geoloc-IP

2°) Maitriser la géolocalisation IP

Vous êtes ou serez peut-être tenté à un moment donné de recourir à la géolocalisation IP pour identifier la localisation géographique d’un internaute pendant qu’il visite votre site ou au moment de l’achat. Cette technique est particulièrement efficace s’il est connecté au réseau en WiFi (plus probable le soir donc) mais elle peut s’avérer complètement superflue si le terminal mobile est connecté à partir d’un réseau téléphonique cellulaire. Dans ce cas, la localisation renvoyée par le réseau est celle de l’opérateur mobile, ce qui devient parfaitement inutile pour localiser votre visiteur (idem dans les cas de partage de connexion d’un mobile vers un PC).

En pratique, il vous faudra creuser le sujet au cas par cas (comprenez pour chaque opérateur) afin d’exclure certaines données des informations interprétées.

3°) Utiliser les capacités d’authentification de chaque terminal :

De nombreux PC disposent de la reconnaissance d’empreinte numérique, particulièrement efficace pour identifier le terminal à partir duquel l’achat a été fait en contrôlant les applications installées, les mises à jour de logiciels, le fuseau horaire de l’appareil, ou encore les différents paramètres et options activées.

Sur smartphones ou tablettes, la reconnaissance d’empreinte numérique n’est pas aussi fiable car les informations collectées sont plus limitées et certains systèmes verrouillent ou limitent l’accès aux données les plus utiles. Ainsi, il vous faudra adapter vos règles de lutte contre la fraude pour prendre en compte ce niveau d’incertitude sans pour autant bloquer vos acheteurs au moment de la commande. 

mobile-lock

4°) Croiser les identifiants du mobile et ceux de paiement

Dans certains cas, vous pourrez être amenés à collecter le numéro IMEI ou l’UUID (identifiant unique universel) du mobile du visiteur (surtout si vous vendez des accessoires pour mobiles justement). Il vous sera alors possible de croiser ces informations avec les numéros des cartes utilisées lors des paiements pour estimer le niveau risque de fraude : si plusieurs cartes ont été utilisées pour un même terminal mobile, méfiez-vous.

5°) Analyser et comparez les commandes selon le canal de vente :

Dans votre back-office e-commerce, mettre en place un système de comparaison des transactions en fonction du canal de vente permet d’obtenir des renseignements très précieux sur les tentatives de fraudes récurrentes, ou celles répondant à rythme anormal selon vos statistiques. En fonction des données disponibles (ou indisponibles) quelques règles spécifiques portant exclusivement sur les transactions mobiles vous permettront en pratique de détecter la plupart des anomalies courantes.

Pour le reste et plus que jamais, faites confiance à votre bon sens et appliquez les vérifications d’usages à chaque commande qui vous semblerait « suspecte ».

Si vous ne disposez pas de solution dédiée au m-commerce ou si votre site n’apparait pas correctement sur mobile, contactez votre chargé de compte Lengow ; Lengow a développé des solutions pour le m-commerce et peut vous en faire bénéficier très facilement.

source : JdN

Geoffray SYLVAIN