L’e-commerce alimentaire, un secteur en transition !

4'

Depuis quelques années des entreprises telles que Vente Privée, Cdiscount ou encore Amazon se lancent dans la vente en ligne de produits alimentaires et font concurrence aux pure players. Secteur porteur, le marché des courses alimentaires online participe à la croissance de l’e-commerce.

Ecommerce Alimentaire
Selon la Fédération du E-commerce et de la Vente à Distance ([glossary]Fevad[/glossary]), l’année 2016 va être placée sous le signe de la consommation en ligne. En effet, cette année 9 cyber-consommateurs sur 10 envisagent d’acheter autant ou plus sur Internet que l’année précédente. La croissance des achats en ligne portera sur tous les secteurs confondus, tourisme, habillement, équipement maison ou encore par exemple l’alimentaire.

130 milliards de dollars pour l’e-commerce alimentaire en 2025

L’e-commerce des PGC (produits grande consommation) – FLS (produits frais libre-service) se développe et se généralise. En effet, aujourd’hui de plus en plus de consommateurs ont recours à Internet pour effectuer leurs courses alimentaires. Selon une étude réalisée par Kantar WorldPanel en 2015, les ventes dans ce secteur devraient atteindre 130 milliards de dollars dans le monde en 2025. Les prévisions par pays sont encourageantes. En Corée du Sud, les achats de produits PGC-FLS en ligne devraient représenter 30% de l’e-commerce, 15% en Chine et 10% en France et au Royaume Uni. Le marché de la vente online PGC – FLS est en pleine expansion et ne risque pas de faillir. Avec une demande constante de la part des consommateurs, ce marché peut représenter pour vous e-commerçant une véritable opportunité.

Selon Marc Lolivier, Délégué Général de la Fevad, le marché des produits de grande consommation et notamment alimentaires en ligne est “à surveiller” en 2016.

Que savoir sur l’e-commerce alimentaire ?

Renseignez-vous sur les aspects législatifs

Le secteur de l’e-commerce alimentaire est en vogue cependant ce dernier reste difficile à aborder car il regorge de contraintes et de conditions à respecter en termes de législation. Avant de vous lancer à sa conquête, il est donc indispensable de l’étudier et de vous informer minutieusement sur les règles qui le régissent.

Dans un premier temps, sachez que dans certains cas et dans certains pays, il est nécessaire de demander une licence permettant la création d’un site e-commerce alimentaire ou/et de se procurer des permis autorisant la vente et la manipulation de certains alimentsPar exemple, la vente d’alcool est un secteur très réglementé par la loi Evin et la loi Bachelot. Avant de vous lancer sur le marché, vous devez vous rapprocher de la préfecture et faire une demande de licence. Il est également obligatoire d’indiquer sur le site que la vente d’alcool est interdite aux mineurs et que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé .
De plus, gardez à l’esprit que l’un des principes de bases de ce secteur est le respect des conditions d’hygiène. Il est donc essentiel de se renseigner à ce sujet afin de respecter la législation en vigueur. La mise en place de dispositifs respectant les normes vous permettra de vous préserver des soucis sanitaires et de rassurer vos consommateurs souvent très attentifs vis à vis de ce sujet.

Adaptez votre boutique en ligne aux attentes

Les courses alimentaires peuvent s’avérer être une tâche fastidieuse pour les consommateurs, il est donc nécessaire de rendre celles-ci le plus agréables possible.
Le gain de temps est un point très important pour les consommateurs. Selon une étude réalisée par Uptilab et Kurt Salmon, sur un site e-commerce sur deux, le temps de constitution du panier dépasse 7 minutes. Veillez donc à développer un dispositif permettant de gagner en rapidité. Vous pouvez mettre en place une barre de recherche dynamique afin de simplifier le processus de recherche. Le développement d’une stratégie cross-selling est également une bonne solution. En effet, en proposant des articles en lien avec le produit que le consommateur place dans son panier, vous engendrez un gain de temps et un rendement optimal. Par exemple lors de l’achat d’un paquet de pâtes, mettez en avant une sélection de sauces pour accompagner ces dernières. De plus, n’hésitez pas à mettre en place un système permettant aux consommateurs de finaliser leurs achats en seulement quelques clics. Par exemple, l’entreprise PayPal propose le service One Touch permettant ainsi à l’internaute de régler son achat en un clic.
Veillez également à rédiger des fiches produits détaillées et complètes. En effet, éléments incontournables du parcours d’achat clients, celles-ci doivent être de la meilleure qualité possible afin de rassurer et d’inciter les consommateurs à passer commande. Ce qui vous permettra d’augmenter vos chances de convertir.

Faites de la livraison un atout

Enjeu majeur pour l’e-commerce, la livraison ne doit pas être un frein à l’achat pour les consommateurs. Veillez donc à proposer de nombreux horaires de livraison ou de retrait ainsi qu’un système de tarifs clair. De cette manière, vous vous assurez de satisfaire un maximum vos consommateurs. Pour contrer les problèmes liés à la chaîne du froid et à la gestion des produits frais, Chronopost a lancé en février 2016 un nouveau service de livraison baptisé ChronoFresh. Grâce à ce dernier, vous pouvez proposer à votre clientèle la livraison express de produits frais tout en garantissant un maximum de fraîcheur.
De plus, la mise en place d’un système de drive peut s’avérer judicieuse. En effet, selon une étude réalisée par Nielsen fin janvier 2016, les ventes pour les PGC-FLS sur le circuit Drive ont généré 379 millions d’euros.

Pour en savoir plus n’hésitez pas à télécharger notre fiche sur les produits de grande consommation en ligne :

Secteur des produits de grande consommation

Focus sur le secteur des produits de grande consommation et ses persp…

En savoir plus

Léa Bulteau