E-commerce circulaire: l’explosion du marché de la seconde main

10'

La durabilité et les valeurs partagées par les enseignes font de plus en plus partie des priorités des consommateurs lors de leurs achats. Le développement durable est un sujet primordial dans le retail depuis plusieurs années maintenant, mais avec la pandémie et le développement du e-commerce, les excès d’emballage et l’impact environnemental des livraisons vont être encore plus mis en évidence en 2021.

Le confinement a déclenché un mouvement d’achat de masse fondé sur des convictions, qui consistent à choisir d’acheter et de soutenir, autant que possible, des produits locaux. Aujourd’hui plus que jamais, les consommateurs s’engagent à «voter» avec leur portefeuille – une tendance qui devrait se poursuivre en 2021 et au-delà.

L’une des tendances fortes dans ce domaine est le marché de l’occasion, historiquement représenté par des acteurs tels que Vinted et Leboncoin, mais celui-ci s’étend aujourd’hui aux marques et distributeurs plus traditionnels. C’est d’autant plus vrai dans le secteur de la mode, longtemps décrié, notamment à cause de la « fast fashion » et de son impact environnemental. 

Les chiffres clés & nouvelles attentes des consommateurs

Vous êtes curieux d’en savoir plus sur l’économie circulaire ? Vous avez bien raison : En 2020, l’économie circulaire était un des principaux moteurs de la transformation des entreprises, grâce à l’évolution des attitudes des consommateurs qui obligent les enseignes à évoluer.

1. Pourquoi un commerce plus circulaire ?

En termes simples, l’économie circulaire suppose la mise en place de systèmes dynamiques, sans fin spécifique des processus d’entreprise, que ce soit à travers la chaîne d’approvisionnement ou à travers les divers points de contact avec les consommateurs.

Les consommateurs veulent une économie circulaire non seulement parce que c’est un moyen responsable et durable pour les marques et les détaillants de rester en activité, mais aussi parce que c’est un système très pratique pour eux.

En effet, avec ce fonctionnement, ils disposent d’un moyen de remettre un produit dans la chaîne d’approvisionnement, soit en le recyclant, soit en le louant ou en le revendant. Cela signifie également que les entreprises qui vendent des vêtements, des produits alimentaires, des voyages… appliquent les meilleures pratiques de fabrication et de distribution, sont innovantes et entièrement tournées vers des solutions globales, et non sur des problèmes cloisonnés.

Dans un monde où seulement 9 % de l’économie est circulaire, on estime que la possibilité de tirer profit de la conversion des 91 % restants se situe autour de 4 500 milliards de dollars. Cela signifie que l’économie circulaire est la plus grande vague de transformation des entreprises depuis la révolution industrielle.

La technologie est considérée comme un accélérateur facilitant la transition vers une économie circulaire à l’échelle mondiale, mais il n’est pas nécessaire de réinventer la roue. Les technologies actuellement disponibles sont plus que capables de fournir les résultats souhaités et plus encore. Selon les leaders mondiaux des industries de consommation, le problème réside davantage dans la gestion du changement, c’est donc sur cet aspect qu’il va falloir travailler au cours de la prochaine décennie.

2. Le secteur de la mode particulièrement impacté

Une nouvelle force est en train de remodeler l’industrie de la mode : le vêtement d’occasion. Selon un nouveau rapport, le marché américain des vêtements d’occasion devrait plus que tripler en valeur au cours des dix prochaines années – de 28 milliards de dollars en 2019 à 80 milliards de dollars en 2029 – sur un marché américain qui représente actuellement 379 milliards de dollars. En 2019, les vêtements de seconde main ont connu une croissance 21 fois plus rapide que celle du commerce de détail traditionnel.

Thrift shop

Les vêtements d’occasion modifient radicalement la prédominance de la « fast fashion ». Cette mode a connu une croissance exponentielle au cours des deux dernières décennies, modifiant considérablement le paysage de la mode en produisant plus de vêtements, en les distribuant plus rapidement et en encourageant les consommateurs à acheter en excès à bas prix.

Alors que cette « fast fashion » devrait continuer à croître de 20 % au cours des dix prochaines années, la mode de seconde main devrait, elle, connaître une croissance de 185%.

La perception concernant les vêtements d’occasion a changé, de nombreux consommateurs considèrent désormais que les vêtements d’occasion sont de qualité identique, voire supérieure, aux vêtements non portés. 

Grâce à la demande croissante des consommateurs et aux nouvelles plateformes digitales comme Tradesy et Poshmark, qui facilitent l’échange de vêtements entre particuliers, le marché de la revente en ligne est en passe de devenir le prochain grand business de l’industrie de la mode.

Le marché des produits de luxe d’occasion est également de plus en plus important. Des retailers comme The RealReal ou Vestiaire Collective offrent un marché digital pour des produits de luxe authentifiés, les gens peuvent ainsi acheter et vendre des marques de créateurs telles que Louis Vuitton, Chanel et Hermès. La valeur de ce secteur a atteint 2 milliards de dollars en 2019.

On s’attend à ce que les retailers explorent davantage les moyens de prendre le contrôle de toutes les étapes du processus du marché secondaire, de la même manière que beaucoup d’entre eux exercent un contrôle sur les processus de leurs partenaires de vente au détail. En contrôlant l’état, le prix et les canaux de vente par lesquels les stocks d’occasion sont vendus, les retailers peuvent garder le contrôle sur l’expérience de marque.

Ben Whitaker

Foundateur de Cirqulr

De nombreuses nouvelles initiatives voient le jour

Conscientes des changements nécessaires à opérer et de la demande de plus en plus pressante des consommateurs, de nombreuses marketplaces ou marques se lancent dans l’économie circulaire et le monde de l’occasion.

  • La Redoute lance un espace dédié à la seconde main avec La Reboucle

Les clients de La Redoute peuvent désormais accéder à partir du site à un nouvel espace dédié aux produits de seconde main baptisé « La Reboucle ». Grâce à ce nouveau service CtoC, La Redoute souhaite proposer des solutions innovantes et adaptées à ses clients, mêlant démarche RSE et amélioration du pouvoir d’achat.

Avec La Reboucle, l’enseigne offre un service nouveau, simple et efficace permettant de vendre et d’acheter des produits de seconde main (mode et décoration/maison, même encombrants), des marques La Redoute ou d’autres marques, achetées ou non sur le site laredoute.fr. Pour chaque vente, les clients peuvent alors choisir d’être payés en cash ou de recevoir une e-carte cadeau abondée de 25%.

 

Disruptual, leader des plateformes SaaS seconde vie des produits CtoC, propose aux marques, retailers, de reprendre la main sur le marché de l’occasion. Fort d’une quinzaine de plateformes en ligne pour de grandes enseignes (La Redoute, Promod, Cyrillus, Jacadi…), son fondateur Olivier Clair constate une forte accélération de la demande : 

Le marché de l’occasion a la faculté de cocher toutes les cases RSE + business. Cela permet aux marques de prolonger leur temps de contact avec leurs clients (vente de produits neufs & occasion), de les fidéliser et de créer du trafic en magasin ou sur le web.

Olivier Clair

Fondateur de Disruptual

En effet, quand une vente est finalisée entre 2 particuliers, le vendeur peut choisir son mode de rémunération : en cash sur son compte bancaire ou en carte cadeau abondée. 70% des vendeurs optent pour la carte cadeau abondée et consomment cette dernière dans le réseau de boutiques de la marque, en dépensant en moyenne 2,5 fois la valeur de la carte cadeau.

La seconde vie est aussi une opportunité de découvrir une marque, de tester à moindre coût un produit, et donc de devenir par la suite un client « produit neuf ». 

  • La marque Tous donne une seconde vie aux pièces de joaillerie

TOUS est présent dans le secteur de la bijouterie depuis 1920. Il a développé l’art de donner une seconde vie aux bijoux, excellant dans la restauration, la réutilisation et le recyclage. 40% des collections de la marque sont produites dans un atelier de 90 artisans pluridisciplinaires spécialisés dans l’électroformage et le micro-casting. L’établissement a adopté une politique de gestion des déchets rigoureuse qui a permis une gestion adéquate des déchets ainsi que le recyclage et la récupération des métaux et des matières premières. Elle dispose d’une station d’épuration qui traite les eaux usées contaminées de manière à ce qu’elles n’aient aucun impact sur l’environnement.

  • Cdiscount lance son site de vente entre particuliers, Cdiscount Occasion

Le groupe Cdiscount fait son entrée dans le monde de la vente entre particuliers avec Cdiscount Occasion. Il s’agit d’une nouvelle activité stratégique pour le groupe, offrant donc la possibilité à leurs clients de vendre et d’acheter entre eux des produits de seconde main (High-tech, jeux vidéo, bricolage, jouets, mode, livres…). La plateforme promet de mettre en relation 10 millions de personnes qui pourront ainsi consommer tout en économisant de l’argent. Il s’agit d’une nouvelle illustration de l’engagement du groupe en faveur d’un modèle digital plus responsable. 

Cdiscount rejoint ainsi des sites comme Leboncoin ou Vinted, deux acteurs majeurs de l’échange d’objets d’occasion. Le mode de fonctionnement de Cdiscount Occasion est très semblable à celui de Vinted. Chaque membre se voit attribué un portefeuille qui se remplit à chaque vente et peut être utilisé pour réaliser des achats. Cdiscount Occasion ne dispose pas encore de son propre service de livraison, les utilisateurs devront donc passer par Mondial Relay et respecter la limite de 30 kg pour leurs colis. Une commission de 5%, hors frais de livraison, est appliquée sur chaque transaction, ainsi que des frais de service de 0,70 €.

cdiscount_occasion
  • Asics analyse le cycle de vie de ses produits pour réduire ses émissions de C02

Grâce aux analyses du cycle de vie (ACV), ASICS étudie les impacts environnementaux et sociaux de ses produits à chaque étape de leur cycle de vie, depuis l’approvisionnement en matériaux jusqu’au recyclage ou à l’élimination. Les résultats de ces évaluations sont ensuite utilisés pour améliorer l’approche d’ASICS en matière de conception et de développement de produits. Par exemple, en 2018, ASICS a réalisé une ACV sur ses chaussures de course GEL-KAYANOTM 25 et a comparé les résultats avec un modèle précédent de ce style. L’analyse a montré qu’ASICS a réduit les émissions de CO2 par paire d’environ 24 %.

  • Veepee et la marque Aigle donnent une seconde vie aux produits avec Re-cycle

Avec Re-cycle, Veepee propose à ses membres de participer à un nouveau projet ayant pour objectif principal la circularité des produits. Cette initiative a été imaginée pour accompagner les enjeux de ses marques partenaires dans le secteur de la mode, dont les produits sont de qualité et ont été conçus pour durer et être transmis.

Grâce à ce premier évènement « Re-cycle » les membres peuvent envoyer à Veepee leurs vêtements et bottes Aigle dont ils ne voudraient plus. Pour chaque envoi d’un produit de la marque, les membres recevront un bon d’achat à valoir chez Aigle allant de 10 à 30€. L’envoi du produit est facilité par la mise à disposition d’une étiquette de retour prépayée et la liste des points relais où déposer le colis est également partagée aux membres.

Veepee offre une solution à toutes ses marques partenaires afin de leur permettre de répondre aux enjeux du cycle de vie de leurs produits. 

Pour chacun de ces événements, Veepee collectera tous les produits renvoyés et les triera.  Les pièces les plus usées seront recyclées par des partenaires spécialistes, les autres seront réparées. Suite à cette étape, plusieurs options seront envisagées pour donner une seconde vie à ces produits remis en état.

Attendez-vous à voir les grandes marketplaces comme Amazon et eBay se battre pour leur part du marché de l’occasion. Ainsi elles pourront tirer parti des capitaux disponibles, des technologies éprouvées, des relations existantes avec des bases d’acheteurs de longue date et des canaux logistiques pour offrir aux retailers un flux constant de revenus et aux acheteurs une expérience cohérente.

Ben Whitaker

Foundateur de Cirqulr

 

Il existe de nombreux autres exemples d’économie circulaire et d’entreprises travaillant avec l’objectif de servir un réel but, mais le récit qui attire l’attention des médias est souvent d’une autre nature : soit spéculatif sur des solutions qui ne peuvent pas être mises en place à une plus grande échelle, soit se concentrant uniquement sur le problème, incitant les gens à la panique ou à la situation de crise.

Cependant ce qu’il faut retenir c’est que les entreprises et les consommateurs sont prêts à évoluer et que de nombreuses actions sont déjà menées. Ce sont les entreprises qui auront une voix et une activité plus durable durant les prochaines décennies qui changeront la donne. Faire les bons choix s’avère presque toujours être la stratégie payante tant au niveau individuel que de l’entreprise!

 

Retrouvez la table ronde « Circular e-commerce : embracing a new model to stay relevant » du Lengow Day et découvrez les avis de nos experts :

Marie Crolard