Interview du mois : Arnaud Lesaint, Art Director

6'

Arnaud Lesaint a rejoint la team Lengow en 2016 en tant qu’Art Director.arnaud_lesaint_lengow2

Bonjour Arno, peux-tu te présenter en quelques mots ?

A l’image d’un produit Apple conçu dans des bureaux High Tech en Californie, puis fabriqué dans des conditions douteuses en Asie, j’ai été conçu en Bretagne puis livré en Vendée il y a 35 ans. Contrairement à un produit Apple, après tout ce temps, je ne suis pas encore – j’espère ! – obsolète. Quand je ne travaille pas sur la communication visuelle de Lengow, je tue mes neurones en prenant des palets dans la tête et dans mes filets au roller hockey.

Quel est ton parcours ?

J’ai commencé attaquant, mais j’avais toujours été attiré par le poste de gardien, avec l’équipement imposant et…

Je parlais de ton parcours pro !

Il y a méprise alors, je n’ai jamais été pro. J’ai découvert le hockey assez tard, et puis honnêtement, mes capacités athlétiques sont quand même assez limitées.

C’est vraiment très intéressant, mais je pensais à ton parcours de Directeur Artistique.

Ah. Je devais être naïf, inconscient ou les deux, mais j’ai tout d’abord fait une école de commerce. Bon, en fait je m’y suis rendu compte que je préférais très largement travailler la mise en forme de mes dossiers et présentations, que leurs contenus. La petite voix dans ma tête m’a alors fait comprendre qu’il pourrait être judicieux d’envisager une autre carrière. Je ne sais pas si c’était ma conscience, un criquet qui parle ou ma schizophrénie, mais en tout cas je ne regrette pas de l’avoir écouté(e).

J’ai repris une formation en graphisme par alternance. Dans l’entreprise formatrice, j’avais la joie de travailler sur des projets plus créatifs les uns que les autres, comme des stylos et portes clés publicitaires pour des restos routiers… Je me moque, mais en réalité, je suis très reconnaissant à cette entreprise et son dirigeant de m’avoir donné ma chance ainsi que les bases techniques du métier.
Je me suis ensuite lancé en freelance. J’ai travaillé pour des clients aux problématiques variées, progressé auprès de D.A expérimentés, fait des erreurs, jusqu’à ce que l’un de mes clients, une agence web, me recrute.

Après ça, c’est le traumatisme la libération, je quitte la Vendée pour rejoindre la Bretagne Nantes et l’agence Nobilito afin d’y développer le pôle créa en tant que D.A. Début 2016, après quatre années, j’arrive chez Lengow pour de nouvelles aventures.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de rejoindre Lengow ?

Avec l’équipe en place, j’ai senti qu’il y avait de bonnes chances de gagner le championnat, c’était vraiment…

Arno, Lengow n’est PAS une équipe de hockey !

Hmm, ça explique bien des choses. Je n’avais jamais travaillé chez l’annonceur, et en agence, une de mes frustrations récurrentes était de travailler sur une partie seulement de la communication visuelle des clients. On créait des identités, des sites, mais sans un accompagnement continu, ni les ressources nécessaires en interne chez les clients, les codes graphiques étaient vite massacrés.
Lengow, je connaissais de nom, en tant qu’acteur incontournable de la french tech nantaise. Mais visuellement, la communication ne semblait pas très affirmée. Alors quand j’ai vu passer l’annonce pour un poste de D.A, j’ai saisi l’opportunité. La marque avait un énorme potentiel, il y avait la possibilité d’assurer le développement et le suivi complet de son identité visuelle, bref, tout ce qui me manquait.
Ensuite les entretiens, les différents échanges ont confirmé mon envie de tenter l’aventure Lengow. Du coup, j’ai réalisé un jeu de Memory illustré expliquant pourquoi il ne fallait pas m’engager, mais ça n’a pas suffit à dissuader Elodie et Mickael.

Parle-nous du poste que tu occupes, tes missions ?

Je suis gardien, un poste individuel dans un sport collectif, assez exigeant car…

Tu le fais exprès ? Ton poste chez Lengow !

Je vois, on m’empêche de parler de hockey, on musèle la liberté d’expression. Bravo.
Alors il y a cet article qui décrit assez bien les missions du Directeur Artistique, mais pour développer, je travaille au sein du service communication. Nous sommes une dizaine et fonctionnons comme une agence de communication qui n’aurait qu’un seul client. Ma mission consiste à penser et développer l’identité visuelle de Lengow, en m’assurant que l’image de la marque soit cohérente quel que soit le support et le marché. Avec Jeremy Galodé, graphiste, nous sommes donc au service des autres équipes, communication évidemment, mais également marketing, produit, formation etc. Nous tâchons de proposer des solutions graphiques à leurs problématiques.

Lengow a dévoilé sa nouvelle identité visuelle lors du LED 2016, vers un nouveau départ ?

Oui ! Lengow a énormément évolué depuis sa création, et affirme désormais un positionnement premium que l’identité ne reflétait pas. Celle-ci était restée quasiment identique depuis le début et il était nécessaire de la faire évoluer. Peu après mon arrivée, j’ai pu échanger avec la direction, les équipes et des clients sur leur vision de la marque Lengow et mieux comprendre leurs perceptions et attentes. Ce genre de projet est excitant car il y a tout à refaire, le champ d’action et les possibilités sont immenses. On a dévoilé le logo et les premiers supports fin 2016 avec des retours positifs. L’ensemble de nos outils va évoluer très prochainement pour proposer une meilleure expérience à nos visiteurs et mieux servir encore l’image de Lengow !

Un dernier mot ?

J’aimerais vous parler de roller hockey, ce cousin du hockey sur glace est né dans les années 90 en Californie et…

Ah, quel dommange, on a plus le temps. Merci Arno

Maud Leuenberger

Editorial Project Leader @lengow