FEVAD : bilan du e-commerce en France au 1er trimestre 2017

3'

La Fédération du E-commerce et de la Vente à Distance (FEVAD) a communiqué, jeudi 18 mai, les derniers chiffres du e-commerce en France sur les trois premiers mois de l’année 2017. Découvrez plus en détail les dernières évolutions du marché.

Quatre fois plus de transactions en ligne depuis 2010

Avec en moyenne 3 achats par mois et par internaute, le commerce électronique a généré 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires au premier trimestre 2017. Malgré une progression de 14%, le marché continue de subir la baisse du panier moyen qui atteint 69 euros. D’après la FEVAD, il “se rapproche de celui effectué en magasin, ce qui montre une banalisation progressive de l’acte d’achat sur Internet par rapport au commerce traditionnel.”

La fréquence d’achat est quant à elle en hausse avec près de 300 millions de commandes en ligne effectuées, soit 20% de plus qu’en 2016. Une aubaine pour les 206 800 sites marchands actifs qui poursuivent leur croissance puisque 20 000 nouvelles boutiques en ligne ont fait leur apparition depuis l’année dernière.

Concernant le top 5 des sites et applications e-commerce les plus visités en France, on retrouve pour la première fois Vente-Privée dans le classement derrière les inconditionnels Amazon, Cdiscount, Fnac et Voyages SNCF.

Nota : ce classement a été réalisé suite à la nouvelle mesure d’audience Internet Global de Médiamétrie.

bilan_fevad_t12017

Toujours en tête des visites, les places de marché sont toujours autant plébiscitées par les acheteurs en ligne BtoC, mais également BtoB. A ce sujet, le panel iCE 100 de la FEVAD révèle que les ventes à destination des professionnels ont augmenté de 14% (soit 5% de plus qu’en 2016). Tout comme le marché du voyage-tourisme qui est dominé par Voyage SNCF, Booking, ou encore Airbnb.

Ce dynamisme serait bien évidemment impossible sans les e-consommateurs. Ils sont désormais plus de 36 millions à réaliser leurs commandes en ligne (soit plus de 8 internautes sur 10), avec une moyenne de 10 transactions par e-shopper sur le trimestre qui impliquent progressivement le mobile (tablette et smartphone). Selon l’indice iCM de la FEVAD, les ventes sur mobile ont rencontré une croissance de plus de 30% au premier trimestre.

Les PGC, portés par le Drive en France

En ce qui concerne la vente en ligne de produits de grande consommation, le Royaume-Uni et la France ont une longueur d’avance sur leurs voisins européens avec plus de 6% du chiffre d’affaires de la grande consommation généré sur Internet. Avec un taux de pénétration de près de 50%, le secteur de l’alimentaire en ligne au Royaume-Uni séduit les anglophones.

Quant à la partie logistique, les pratiques diffèrent. Au Royaume-Uni, la livraison à domicile est fortement privilégiée. Elle se fait majoritairement via le leader du marché, Tesco, mais commence progressivement à être concurrencée par Amazon. Ainsi un internaute sur six utilise la place de marché pour commander des produits alimentaires en ligne. De l’autre côté de la Manche par contre, c’est le Drive qui l’emporte avec 1 foyer sur 4 qui opte pour ce point de retrait. D’autres pays s’inspirent également de ce modèle francophone, comme les Etats-Unis.

Pour finir, Daniel Ducrocq, Directeur Sales Force Activation chez Nielsen, indique que «Le Drive n’a pas encore atteint tout son potentiel, et les pistes sont nombreuses pour optimiser encore l’expérience consommateur : navigation sur les sites, interactions avec les magasins physiques, adéquation de l’offre, des promotions, des prix… aux différentes cibles voire à chaque consommateur !».


Source : FEVAD, Médiamétrie, Nielsen

Maud Leuenberger

Editorial Project Leader @lengow